Accueil Santé Traitement phytothérapeutique du diabète avec Dr. Frantz Jean Guillaume

Traitement phytothérapeutique du diabète avec Dr. Frantz Jean Guillaume

1897
0
PARTAGER

Dans la publication précédente on a vu ensemble quid du diabète, les causes, les principaux signes et symptômes de cette maladie chronique. Et bien aujourd’hui nous venons avec le traitement phytothérapeutique du diabète.

Il existe de nombreuses plantes dites anti diabétiques qui aident à l’organisme de bien gérer le taux de glycémie sans pour autant mobiliser systémiquement le pancréas. Les deux plus connues sont l’ail et l’oignon. En consommer sous forme alimentaire est la forme la plus simple et la plus logique qui soit.

Pour l’oignon, la meilleure forme galénique est sans doute la teinture-mère à raison de trois prises de 50 gouttes par jour au début de chaque repas.

Pour l’ail, on préférera les capsules d’extraits d’ail pour favoriser  une baisse de la glycémie.

Nombre de recettes d’herboristes cumulent ces plantes aux vertus régulatrices : il y en a d’autre que nous utilisons peu et même pas en Haïti soient pour leur rareté ou tout simplement parce qu’elles n’existent pas comme par  exemple le géranium Robert, encore appelé bec de grue, l’aigremoine, le houblon, la feuille de fraisier, la cosse de haricot, la feuille d’eucalyptus, et les graines de fenugrec.

Une plante particulièrement intéressante et peu utilisée est le galéga (Galega officinalis). Il contient un alcaloïde, la galégine qui abaisse fortement le taux de sucre dans le sang. Il peut donc être utile devant un pré-diabète ou un complément à un traitement médical face à un diabète confirmé.

Une autre plante fort appréciée en phytothérapie est la myrtille. En effet, on trouve dans la feuille de myrtille une intéressante proportion de chrome. Cet oligo-élément est indispensable dans les chaînes enzymatiques du pancréas et sa carence peut favoriser, compliquer ou accélérer une fragilité du pancréas. La myrtille possède d’autres éléments moléculaires qui agissent en synergie avec le chrome. Elle agit sur l’intestin et le système circulatoire, possède des actions antiseptiques et fortifiantes.

Les feuilles d’olives sont aussi des hypoglycémiantes, Elles contiennent par ailleurs un sécoiridoïde, l’oleuropéoside, aux propriétés hypotensives et anti oxydantes (qui permet donc de lutter contre la sclérose des vaisseaux sanguins et l’inflammation de leurs parois).

En général, le diabète est une maladie lièe à une surcharge alimentaire prolongée.

Il faut donc rappeler l’importance d’un régime alimentaire hypocalorique équilibré pour atténuer le diabète.

Très souvent cela suffira, quand le diabète est modéré et que la résistance des tissus à l’insuline n’est pas constituée.

IL faut privilégier les légumes dans l’alimentation, notamment les “LEGUMES VERTS” : salade, pissenlit, épinards, mâche ou “boursette”, pourpier, feuilles d’amaranthe (épinard sauvage), choux, chou canaque, feuilles de taro (calalou), feuilles de manioc, haricots verts, feuilles de MORINGA (raifort arborescent).

Ces légumes verts sont présents sous tous les climats (notamment les nombreuses variétés de CHOUX : chou vert, chou pommé, chou de bruxelles, choux chinois, brocoli, feuilles de colza, feuilles de chou-fleur …).

LAISSER UN COMMENTAIRE