Accueil Politique Moise Jean Charles ne peut plus fouler le sol américain

Moise Jean Charles ne peut plus fouler le sol américain

1541
0
PARTAGER

L’annonce est faite par le présentateur vedette de l’émission « Haïti Débats » et le message circule à flot sur les réseaux sociaux : Plus d’accès pour Moise Jean Charles au pays de l’oncle Sam.  Le candidat à la présidence  de  Pitit Dessalines, n’a pas eu droit au renouvellement de son visa américain. L’octroi de ce dernier étant une courtoisie, les autorités américaines ont refusé d’accéder à sa demande  de renouvellement.

Aux environs de 6h de l’après midi, l’ennemi farouche de Michel Martelly a utilisé son compte facebook pour réagir et confirmer cette décision du département d’état :

« Tant qu’un homme n’a pas découvert quelque chose pour lequel il serait prêt à mourir, il n’est pas à même de vivre. Pèp ayisyen m te toujou konn di Nou viza se yon koutwazi li ye, sa pa fèm ni cho ni frèt. Sesak fè ZANSÈT nou yo te goumen pou yo te ba nou 1804 pou nou te ka lib, revoke viza Moïse Jean Charles pap anpeche mouvman an kontinye JISKOBOU, Vi mwen ki pi enpòtan mwen te di Vi ou Mò fok mwen defann ENTÈGRITE, SOUVERÈNTE peyi a. Pèsonalite’m ak karatè’m pi enpotan
Kenbe la pa lage batay la pwal kontinye pi rèd. »
a-t-il declaré.

Si certains voient en ce refus une sanction pour la position politique de l’ancien Maire de Milot pour d’autres c’est une possibilité en or que les Etats-Unis offrent à l’ancien sénateur de se refaire une image face à sa défaite aux élections présidentielles.

« La seule chose que je sache, les américains ne se trompent jamais, Moise Jean Charles ne représente pas une menace pour le territoire américain, il se pourrait que les USA décide d’augmenter le taux de popularité de Moise pour ses raisons personnelles » Adolphe Janvier.

Garry Pierre Paul Charles a aussi annoncé que cette mesure, dans les jours à venir, frappera certains membres du secteur privé haïtien. Déjà sur les réseaux sociaux, une liste de noms est en circulation.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE